S'inscrire à la newsletter
de Kartõ di Crømo

La chanson ne s’écrit plus avec une guitare

La chanson ne s’écrit plus avec une guitare, Elle est dégagée de ses cordes, sortie du mitard. On l’avait enfermé depuis des générations, Dans un coffret, dans un caveau, sur des partitions. La chanson ne s’écrit plus, elle vient s’affranchir, Elle n’attend plus devant la voie, elle vient la franchir. Hier elle était prisonnière du papier, de la lettre, Maintenant elle vit dans les airs, circule d’être en être.   Elle rencontre les tympans, rebondit sur les montagnes, On la fredonne en marchant, dans les villes et les campagnes, Elle accompagne les joies ou les journées de chagrin, Et elle revient dans l’esprit quand le corps n’attend plus rien. La chanson a des atouts pour se loger dans vos têtes, Si elle goûte à la victoire, elle n’oublie pas la défaite. Ecoutez donc sa complainte, le tissu de son histoire, Si elle semble bien réelle c’est qu’elle vous tend un miroir.   La chanson ne s’écrit plus avec une guitare, Elle est dégagée de ses codes, sortie du placard. On évoquait à demi-mot sa santé fragile, Mais la voilà qui vient danser, légère et agile. La chanson a payé son dû et purger sa peine, La voilà désormais dehors, près de vos persiennes, Elle voudrait bien trouver sa place, se faire accueillir, Mais elle reste encore une peu triste, apprend à sourire.   Et elle hurle dans les rues sa douleur et son calvaire, Bientôt les passants gênés détournent les yeux, sévères. Elle se répète, un peu folle, en psalmodiant son refrain, Comme une pensée obsédante qu’on repousse et puis revient. Elle qui aurait tant voulu qu’on la chante à l’opéra, Que le théâtre et l’histoire la bercent aux creux de leurs bras, La chanson partit un soir chercher l’étincelle, Et sifflotant les mêmes mots, devint ritournelle.