S'inscrire à la newsletter
de Kartõ di Crømo

L’histoire de Kartõ di Crømo

Présentation Kartõ di Crømo est né en 1980, il n’est pas connu mais écrit des chansons depuis très longtemps et certaines pourraient bien vous plaire. Hélas ou enfin, le voilà qui sort de son terrier ! Du rap au jazz en passant par la chanson française, les musiques brésiliennes, le reggae ou la musique électronique, son univers offre une prestation de service émotionnelle de qualité qui saura ravir les plus réfractaires aux joies fugaces de l’existence. Sombres, mélancoliques et orageux ou au contraire engageants, drôles et légers, ses textes font le grand écart et proposent une expérience à l’image de la vie : sans cohérence ni certitude à part celle qu’il n’y a ni cohérence ni certitude dans la vie et que du coup la cohérence est une fiction et les certitudes des machins arrangeants pour pouvoir la construire telle qu’on l’entend. Kartõ di Crømo même s’il joue de la guitare passe le plus clair de son temps sur des instruments à cordes incongrus, construisant ses chansons autour de petites choses qui tournent en rond : des samples, des boucles de beatbox et des obsessions. Pour trouver sa place et la justesse de son expression, il fabrique aussi des petits instruments absurdes qui sonnent un peu faux mais vous surprendront suffisamment pour que vous les trouviez acoustiquement interpellant. Cette palette expressive large et variée viendra combler les plus gros appétits culturels. De plus Kartõ di Crømo est encore un parfait inconnu, se produisant majoritairement dans les rues du Nord de Paris à l’aide d’une amplification portative. Aimer Kartõ di Crømo permet d’emblée de se distinguer socialement, un avantage notable en ces temps de pénurie culturelle où la chanson qui chuinte et chougne semble avoir pris le dessus sur celle qui cherche et charme. Pour finir, Kartõ di Crømo avec l’aide de nombreux acolytes – parfois alcooliques, souvent inspirés – a forgé les bases de deux genres musicaux majeurs qui devraient selon lui révolutionner le monde de la musique : l’electro cheap & le rap portatif. L’un se joue des normes, l’autre se joue dans la rue. Faire de la musique en bricolant ou bricoler en faisant de la musique, difficile de faire la différence. Les frontières du monde de Kartõ di Crømo sont poreuses à l’instar des genres musicaux qu’il pratique. Il vit ainsi sur une planète en constant mouvement, un monde manifestement étrange et étrangement manifeste, lieu de l’inachèvement qui embrasse toutes les nuances, les gradations et les imperfections : la Crømosphère.